1re du niveau avancé (B2).

Le blog du groupe de 1re du niveau avancé de l'EOI d'Hellin (15-16)

06 décembre 2009

La France vue par les Français

Posté par carmenvera à 11:31 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2009

Bonne fête!

Résultat de recherche d'images pour "catherinette"

 

Le 25 Novembre, jour de la Sainte Catherine,
on fête les Catherinettes,
c'est-à-dire les jeunes filles
ayant dépassé l'âge de 25 ans sans être mariées.
La tradition...
particulièrement dans les maisons de couture
et les magasins de mode,
veut qu'on leur confectionne
des chapeaux extravagants qu'elles porteront
tout au long de cette journée.
*
A l'origine de cette tradition,
il y a la vie légendaire de Sainte Catherine.
La vie de Sainte Catherine d'Alexandrie
est tout à fait édifiante, puisque cette sainte
fut à la fois vierge, martyre et docteur de l' Église,
ce qui lui vaut d'être représentée avec 3 auréoles
:
- La blanche des vierges
- La rouge des martyres
- La verte des docteurs
Elle ne se contente pas non plus
d'être la sainte patronne des filles à marier,
mais aussi celle des prêcheurs et des philosophes.
C'est sa vie exemplaire qui lui vaut
tout ces honneurs :
originaire d'une famille noble d' Alexandrie,
Catherine se convertit au christianisme
à la suite d'une vision.
L'empereur Maxence, qui persécutait les Chrétiens,
lui proposa de renoncer à sa foi en échange
d'un mariage royal.
Catherine refusa et allégua
qu' elle avait contracté avec le Christ
un mariage mystique.
On raconte qu'elle tint tête à toute une armée
de philosophes qui lui avaient été envoyés
pour lui démontrer la fausseté de sa foi
et réussi même à les convertir.
L'empereur la condamna à mourir
du supplice de la roue.
La légende dit que la roue se brisa miraculeusement
et qu'elle fut donc décapitée
vers l'année 310, un 25 novembre.
*
Son refus de se marier explique
tout naturellement pourquoi Sainte Catherine
est la patronne des filles célibataires.
L'expression "coiffer Sainte Catherine"
qui signifie ne pas être mariée
l'année de ses 25 ans s'explique par
une tradition qui remonte au XVIème siècle.
En effet, à cette époque,
on renouvelait la coiffure de la statue de la sainte
dans les églises, et c'était
les jeunes femmes célibataires
entre 25 et 35 ans qui
se chargeaient de cette tâche.
Il faut savoir que les hommes célibataires
ont eux aussi leur saint patron
en la personne de Saint Nicolas :
en effet, tout comme on, dit
"coiffer Sainte Catherine"
pour les filles,
on dit "porter la crosse de saint Nicolas"
pour les garçons...

Guardar

Posté par carmenvera à 00:54 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2009

Histoire du Panthéon. Document de 1991.

retrouver ce média sur www.ina.fr

Posté par carmenvera à 21:35 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sur le même sujet

                                                        

            

   

    

       L'écrivain Albert Camus en juin 1947.     

   

            

            Les faits             Le fils d'Albert Camus refuse le transfert de son père au Panthéon          

                            

            Zoom             Pour Catherine Camus, ce serait "un symbole pour ceux pour qui la vie est très dure"          

                            

            Zoom             Jean Daniel également opposé au transfert de Camus au Panthéon          

                            

            Les faits             Camus au Panthéon : "un symbole extraordinaire" selon M. Sarkozy          

                            

            Controverse             Olivier Todd : "Il faut garder Camus vivant. Il permet de réfléchir"          

                            

            Les faits             Sarkozy souhaite faire entrer Albert Camus au Panthéon          

Posté par carmenvera à 21:13 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2009

Qu'est-ce que la Légion d'Honneur?

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4a/Offizierskreuz.jpg/150px-Offizierskreuz.jpgL’ordre national de la Légion d’honneur est la plus haute décoration honorifique française. Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense depuis ses origines les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation.

Romaine par son nom (inspirée par la Legio honoratorum conscripta de l’Antiquité), par son symbolisme (les aigles) et son organisation (seize cohortes pour la France), la Légion d’honneur rompt avec la tradition des ordres d’Ancien Régime en étant ouverte à tous, et non plus seulement aux officiers.

Comme certains y voyaient une atteinte au principe de l’égalité civique, Bonaparte, en conseil d’État justifie cette institution : « Je vous défie de me montrer une république, ancienne ou moderne, qui savait se faire sans distinctions. Vous les appelez les hochets, eh bien c’est avec des hochets que l’on mène les hommes. »

La Révolution française avait en effet aboli toutes les décorations de l’Ancien Régime : L’Assemblée Constituante avait créé la Décoration militaire, bientôt elle aussi supprimée. Sous la Convention, les généraux avaient pris pour habitude d’attribuer des armes d’honneur (fusil d’honneur, sabre d’honneur, ou encore tambour d’honneur) pour récompenser les actes de bravoure.

Le 14 juillet 1804 eut lieu en la chapelle des Invalides la toute première remise de Légion d’honneur par Napoléon Bonaparte aux officiers méritants au cours d’une fastueuse cérémonie officielle.

Un décret du 10 pluviôse An XIII (30 janvier 1805) ajoute la Grande Décoration dont les titulaires furent par la suite nommés « Grand Aigle », puis « grand cordon » (ordonnance du 19 juillet 1814) et enfin « grand’croix » (ordonnance du 26 mars 1816). À cette date, les appellations furent modifiées comme suit, les commandants devinrent des commandeurs, et les légionnaires des chevaliers[réf. nécessaire].

L’association des mérites militaires et civils (la répartition actuelle est environ 2/3 1/3), permet à l’ordre de survivre à tous les régimes jusqu’à aujourd’hui, où on dénombre plus de 110 000 légionnaires.

Posté par carmenvera à 19:43 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

Clint Eastwood décoré de la Légion d'honneur

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2009/11/13/h_4_ill_1266990_4051_454797.jpgNicolas Sarkozy a décoré vendredi 13 novembre en Clint Eastwood un "mythe, un géant" et le symbole de l'Amérique que la France admire. Le président français, qui a promu l'acteur et réalisateur américain commandeur de la Légion d'honneur, a invité Clint Eastwood à le considérer comme "son deuxième président" puisque ce dernier présente la France comme sa "deuxième patrie."

"J'ai beaucoup d'admiration pour vous comme mon président", a répondu l'acteur, soulignant avec humour qu'il serait "très partagé" si d'aventure Nicolas Sarkozy était candidat contre le président américain Barack Obama. Clint Eastwood a confirmé avoir dit que la France était sa seconde patrie tout en avouant s'être fait sermonner par son épouse parce qu'il ne parlait pas français. "Elle m'a dit que nous allions tous les deux prendre des leçons et, lorsque je reviendrai, je parlerai français couramment", a-t-il promis.

Jugé trop atlantiste par ses opposants, Nicolas Sarkozy a saisi la venue à l'Elysée de l'acteur-réalisateur pour dénoncer "les choses fausses que l'on raconte" sur les relations franco-américaines. "Les Français aiment les Américains […]. Comment peut-on dire qu'il y a un problème entre la France et les Etats-Unis quand on voit l'amour des Français pour le cinéma américain. Quand on aime le cinéma d'un peuple, on aime ce peuple", a-t-il affirmé.

Pour Nicolas Sarkozy, le fait pour les Français d'avoir fait de Clint Eastwood "un mythe, un géant" "témoigne de l'admiration que nous avons pour la culture américaine, pour l'épopée américaine". A ses yeux, les problèmes surgissent uniquement quand l'Amérique "n'est pas aussi grande qu'on souhaiterait qu'elle soit dans nos rêves". "Et vous, vous ne nous décevez jamais", a-t-il dit, ajoutant : "Le type qui a fait La Route de Madison, c'est énorme." Clint Eastwood a dit sa fierté d'avoir été promu dans l'ordre de la Légion d'honneur. "En tant que commandeur des arts et des lettres, je vais parader dans les rues aujourd'hui", a-t-il dit.

A presque 80 ans, le réalisateur enchaîne encore les projets. Le 13 janvier prochain, il sort son nouveau film, Invictus, et tourne actuellement un thriller fantastique avec Matt Damon et Cécile de France, incluant deux semaines de tournage à Paris.

Le Monde, 13.11.09

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/11/13/clint-eastwood-decore-de-la-legion-d-honneur_1266989_3246.html#ens_id=1266991


Posté par carmenvera à 19:42 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2009

Différences dans les vêtements des femmes musulmanes

http://www.afrique-du-nord.com/IMG/jpg/15070397.jpg

Posté par carmenvera à 14:16 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2009

Grand débat sur l'identité nationale en France


Télézapping : "Et tout ça, ça fait d'excellents Français"
por lemondefr

Posté par carmenvera à 23:19 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2009

Entendu et enregistré à Paris.


Les feuilles mortes à Paris
Cargado por videosfle. - Descubre nuevos destinos y vídeos de viaje.

Posté par carmenvera à 19:00 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2009

Cette semaine on parle de lui en France: qui il est et pourquoi on parle de lui.

Le parcours de créateur de Frédéric Mitterrand

NOUVELOBS.COM | 09.10.2009 | 12:00

Avant de devenir ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand a eu une longue carrière créatrice comme écrivain mais aussi présentateur, réalisateur et producteur.

 

Frédéric Mitterrand (AFP)

Frédéric Mitterrand (AFP) 

Publié en 2005, "La mauvaise vie" fait l'objet d'une controverse à retardement. La polémique autour de cette autobiographie fait oublier que, avant de devenir ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand a eu une longue carrière créatrice comme écrivain mais aussi présentateur, réalisateur et producteur.
Frédéric Mitterrand a d'abord dirigé des salles de cinéma Art et Essai parisiennes comme l'Olympic Palace (1971-1986), ou l'Entrepôt (1975-1986)
Il a ensuite réalisé et présenté de nombreuses émissions consacrées au monde du cinéma et à ses vedettes. Passionné par le gotha, il a aussi été l'un des commentateurs attitrés des retransmissions de cérémonies royales sur le petit écran.

Homme de télévision

L'actuel ministre de la culture a marqué l'histoire de la télévision avec : Etoiles et toiles (1981-86), Ciné-Fêtes (1984), Acteur Studio (1986-87), Permission de minuit (1987-88), Destins (1987-88), Du côté de chez Fred (1988-91), Bonjour la télé (1988-89), Etoile Palace (1990), C'est votre vie (1993-94), Les Amants du siècle (1993-94), Caravane de nuit (1994), Ciné-Club (1996), Légendes du siècle (1996-97), Les Aigles foudroyés (1997), Cercle des arts (1997-98), Mémoires d'exil (1999), Hymne à la voix (1999), Plaisirs de France (2001), 24 heures en direct de (2002).

Homme de cinéma

Frédéric Mitterrand a réalisé Lettres d'amour en Somalie (1981), Les Lumières de Lausanne (1982), Paris vu par, vingt ans après (1984), Rapho, histoire d'une famille (1987), Jazz (1988), Madame Butterfly (1995), Fairouz (1998), Tunis chante et danse (2002), Je suis la Folle de Brejnev (2001) et La délivrance de Tolstoï (2003).

Homme de lettres

En tant qu'auteur, il a publié entre autres Lettres d'amour en Somalie (1982), Tous désirs confondus (1988), Destins d'étoiles (t.I, 1991, t.II et III, 1992), Les Années de Gaulle (1995), Les Aigles foudroyés (1997), Mémoires d'exil (1999), Un jour dans le siècle (2000), La Mauvaise vie (2005) et Le Festival de Cannes (2006).

Homme de récompenses

Frédéric Mitterrand a reçu le Prix Jean-Louis Bory 1982 pour Lettres d'amour en Somalie, le Prix du Festival de Nyons 1987, le 7 d'or 1989 du meilleur animateur de débats, le 7 d'or 1990 de la meilleure émission de divertissement pour Carte blanche à Frédéric Mitterrand, le Trophée La Lucarne 1990 de l'Association des journalistes de la presse hebdomadaire de télévision, le Prix des Maisons de la presse 1997 pour Les Aigles foudroyés, Le Prix Oscar Wilde 2000 pour Un jour dans le siècle, le Prix Roland Dorgelès 2003 et le Prix Vaudeville 2005 pour La Mauvaise vie.

(Nouvelobs.com)

Posté par carmenvera à 18:58 - Civilisation francophone. - Commentaires [0] - Permalien [#]